Rénovation urbaine en Afrique : Faut-il supprimer l’informel ?

Selon M. Luc Gnacadja (Président de GPS-Dev, Ancien ministre de l’Environnement et du Développement urbain au Bénin et ancien Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification) : “En Afrique, le terme “informel” est souvent perçu négativement, bien que les villes africaines soient largement informelles aux plans économique et de l’emploi, spatial et institutionnel”.

L’IA et l’intelligence des territoires comme leviers pour repenser l’urbanisation de l’Afrique

L’Afrique est un continent en pleine mutation, avec des villes qui s’étendent à une vitesse vertigineuse. Cette urbanisation rapide pose des défis majeurs, mais aussi des opportunités uniques. Comment pouvons-nous rendre nos villes plus vivables et inclusives, nos territoires plus durables ? Selon M. Luc GNACADJA (Architecte, Président de Think-and-do-tank GPS-Development et Ancien ministre de l’Environnement et du Développement urbain au Bénin), la réponse pourrait bien résider dans l’intégration stratégique de l’intelligence artificielle (IA) à une autre intelligence, celle dite des territoires (IT) pour transformer radicalement les processus d’urbanisation.

Matière grise de l’urbain. La vie du ciment en Afrique

Futuribles (revue bimestrielle francophone de prospective), a publié le 9 avril 2021, une recension du livre “Matière grise de l’urbain. La vie du ciment en Afrique” de la géographe Armelle Choplin, effectuée par Isabelle Baraud-Serfaty (Fondatrice d’IBICITY, agence de conseil et expertise en économie urbaine. Enseignante à Sciences Po).

Webinaire 15 – L’informel : laboratoire de l’urbain ?

Dans ce troisième webinaire, nous abordons le caractère expérimental de l’informel. Il est entrepris par des citoyens qui se veulent responsables, qui réalisent qu’il faut ralentir les flux et les rythmes de production de la ville, et mieux évaluer les décisions pour créer les conditions d’un management urbain plus durable.

Le rôle des architectes & urbanistes face aux défis de l’Afrique : arrêter le copier-coller

Tel est le message délivré  par M. Luc M. C. Gnacadja (Architecte, Chercheur, Président de Think-and-do-tank GPS-Development (Gouvernance & politiques de développement durable) et ancien ministre de l’Environnement et du Développement urbain au Bénin) le 21 novembre 23 à Cotonou, à l’occasion de la communication inaugurale du Colloque International sur l’Architecture en Afrique de l’Ouest (CIAAO) sur le thème suivant : “Bâtir pour un Avenir Durable – Architecture Inspirée et Villes Intelligentes pour une Prospérité Climatique : Enjeux et Perspectives”.

Célébrons la Journée mondiale des villes

Lancée en 2014 par les Nations Unies, la Journée mondiale des villes, célébrée chaque année le 31 octobre, met en lumière les défis et opportunités de l’urbanisation croissante. Alors que plus de la moitié de la population mondiale, soit 4,2 milliards d’individus, vit désormais dans les villes, cet événement revêt une importance cruciale.

Une autre philosophie de la nature et de la ville ?

À l’heure où l’agencement urbain et spatial devient un enjeu écologique et économique majeur dans le monde, quelles solutions venant d’Afrique permettent de repenser le rapport entretenu à la nature et à la ville ? Comment penser le développement urbain autrement que par une politique du béton ? Dans le quatrième et dernier épisode de la série “Caraïbe, Afrique, Amérique latine : philosopher au Sud”, Géraldine Muhlmann et ses invité.e.s se demandent comment l’Afrique nous invite à repenser le rapport entretenu à la nature et à la ville ?