Rénovation urbaine en Afrique : Faut-il supprimer l’informel ?

Selon M. Luc Gnacadja (Président de GPS-Dev, Ancien ministre de l’Environnement et du Développement urbain au Bénin et ancien Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification) : “En Afrique, le terme “informel” est souvent perçu négativement, bien que les villes africaines soient largement informelles aux plans économique et de l’emploi, spatial et institutionnel”.

“African Cities Voices”, le podcast captivant de African Cities Lab

“African Cities Voices”, est le podcast captivant de African Cities Lab qui nous plonge au cœur des dynamiques évolutives de l’architecture et de l’urbanisme en Afrique. Il permet d’immerger dans des entretiens perspicaces et des discussions animées avec des architectes éminents, des urbanistes visionnaires et des penseurs novateurs, tous engagés dans la redéfinition des paysages urbains africains.

L’insécurité, patate chaude de l’urbanisation africaine

Dr Beaugrain DOUMONGUE (Socioingénieur et Président de Construire pour Demain), partage sa réflexion sur le sujet dans une tribune, parue le 25 février 2024, dans Financial Afrik, journal spécialisé dans l’information financière en Afrique : “En 2020, un quart de la population urbaine mondiale vit dans des bidonvilles. La même année, ce chiffre s’élève à 82% au Tchad, 78% en RDC, 73% en République Centrafricaine, 68% au Bénin et 67% à Madagascar ; avec une moyenne africaine établie à 50,20%. Comment prévenir la violence en Afrique quand la précarité cohabite avec le continent ?”

Panel : “Sport et développement urbain”

Dans le cadre du congrès 2023 de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) qui s’est tenu à Cotonou  du 11 au 14 octobre, un colloque sur “L’art et les cultures urbaines, enjeux et facteurs de développement et de paix” a été organisé le 12 octobre 2023. Les réflexions et discussions du colloque se sont inscrites au travers de 4 panels différents dont celui que nous traitons ici sur : “Sport et développement urbain”.

Villes Nouvelles en Afrique

A ce jour, il y a environ 200 villes nouvelles à travers le monde contre 10 dans les années 60 (Sarah Mose et Anne Durand, 2020). Quelles-en sont les raisons ? Selon Mamadou Dieng le problème se pose déjà au niveau de la définition, car toutes les opérations d’envergure se réclament de type ville nouvelle.  Ainsi on dénombre en Afrique 148 villes nouvelles de 1960 à 2018 dont plus de la moitié entre 2000 et 2018.

Le retour de l’économie au premier plan des enjeux : une chance historique plutôt qu’un retour cyclique

La tribune Urbanisme en Francophonie de ce mois de septembre 2023, signée par Robert Beugre MAMBÉ, Ministre-Gouverneur du District Autonome d’Abidjan, démontre que l’économie semble devenue incontournable dans les analyses et les débats qui tentent d’expliquer les évènements en cours : des changements géostratégiques remettent en question les contextes passés, notamment au Sahel ; des coups de chaud, des tempêtes, des incendies, des inondations font une preuve supplémentaire d’un dérèglement climatique qui atteint l’Europe et le Canada après l’Afrique.

Livre “La ville en Afrique : une histoire”

Publié pour la première fois en français le 25 mai 2023 aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Paris), cet ouvrage de référence (248 pages) de Bill Freund (historien américain spécialiste de l’histoire économique de l’Afrique), tente de brosser un portrait complet des villes d’Afrique des origines à nos jours. Il s’intéresse à l’ensemble du continent, pas uniquement l’Afrique subsaharienne, sur une large période allant de l’Antiquité à aujourd’hui.  Il aborde de nombreuses questions, depuis les raisons de l’apparition de la vie urbaine jusqu’à la manière dont les villes africaines actuelles font face aux difficultés.

L’étalement urbain en Afrique de l’Ouest : défaillance de la gouvernance urbaine ou conséquence de l’explosion démographique ?

L’étalement urbain est une situation de plus en plus présente en Afrique, en particulier dans l’Ouest du continent. Mais l’impression qui semble dominer est celle d’une expansion incontrôlée et sans limite, conduisant à éloigner de plus en plus les populations des centres d’activités et à constater l’écart entre la population installée, les habitats qui se construisent et les infrastructures qui seraient nécessaires.