Mohamed Mezghani, Secrétaire Général de l’Union Internationale des Transports Publics

🎥 Réalisés avec différentes personnalités francophones (écrivains, intellectuels, acteurs de la fabrique de la ville, artistes…), les entretiens Urbanisme en Francophonie interrogent le lien entre urbanisme et francophonie pour faire ressortir les spécificités des villes francophones et leur apport pour construire la cité de demain. A la fin de chacun d’eux, nous découvrirons une nouvelle carte postale de l’espace francophone proposée par l’interviewé.

Ressources documentaires

Mohamed Mezghani est le Secrétaire Général de l’Union Internationale des Transports Publics (UITP)

🚊 Mohammed Mezghani, apporte un nouveau regard sur la mobilité et la culture des transports publics dans les villes francophones. Il nous explique qu’elles sont pionnières et davantage sensibilisées aux transports publics qu’ailleurs, notamment grâce aux leaders issus des pays francophones. Elles influent sur les autres dans ce domaine, comme on peut le constater avec la délégation de service public où le développement des tramways, qui sont des références francophones appliquées aujourd’hui dans le monde entier.

Il est né en Tunisie, il a étudié les transports à Paris, dans un master où la diversité d’origines était fortement présente et où la langue française faisait le lien. Le français n’est donc pas sa langue natale mais c’est celle de ses références culturelles et artistiques, avec laquelle il lit.

Durant sa carrière, M. Mezghani a dirigé et réalisé des études, des projets d’assistance technique et des formations dans plusieurs pays notamment en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Il est diplômé de l’École Nationale des Ponts et Chaussées de Paris et de l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis. Il a plus de 30 ans d’expérience dans les domaines du transport et de la mobilité urbaine.

Il est le Secrétaire Général de de l’Union Internationale des Transports Publics (UITP) depuis le 1er janvier 2018. La Belgique, la France et le Luxembourg ont joué un rôle important dans la fondation de l’UITP, qui compte 1400 membres dans 100 pays, dont un grand nombre sont issus de pays francophones, bien entendu les pays fondateurs mais également, la Suisse, les Pays du Maghreb, la Côte d’Ivoire, le Sénégal…

Selon lui les villes francophones sont avant-gardistes en matière de transport public car elles ont  une influence du fait qu’un grand nombre de leaders dans ce domaine sont issus des pays francophones (Belgique, Suisse, Canada…). Ce sont des acteurs internationaux des transports publics qui ne se limitent pas à exploiter les transports publics dans leur pays même mais au-delà de leur région d’origine. Il l’exprime ainsi : « Ce qu’est intéressant, c’est que les villes francophones, ont une tradition du transport public, par rapport à d’autres régions du monde. La délégation de service public par exemple (la délégation de l’autorité publique vers des opératoires, qu’ils soient privés ou publics) est une spécificité francophone, qui a inspiré les autres régions du monde. Autre exemple, le développement des tramways dans le monde, s’est beaucoup inspiré de la renaissance des tramways en France dans les années 80 mais également des expériences de la Belgique et du Luxembourg “.

Il explique par ailleurs que l’expansion des transports publics est plus importante en Afrique qu’en Europe : “Le Maghreb est une région qui a une tradition du transport public, malheureusement pendant les années 60-70 et un peu plus tard, la qualité de service du transport public s’est dégradée. Mais récemment, il y a eu une prise de conscience de l’importance du transport public pour développer la ville d’une manière générale. On voit des projets de développement très importants, notamment au Maroc et en Algérie”. L’Afrique de l’Ouest, connaît aussi une croissance des projets de transport public dans des villes sénégalaises par exemple, où une autorité organisatrice très importante et compétente est en train de développer un réseau moderne des transports publics (RER, Bus à haut niveau de services…) ou à Abidjan qui est en train de développer un réseau de métro dans l’agglomération.

Cette croissance s’explique selon lui, du fait qu’il y a une prise de conscience de l’importance du transport public comme outil de développement de la ville au-delà du rôle même d’amélioration de l’environnement et d’accessibilité aux services urbains : “Dans les villes francophones africaines, telles que Dakar ou Abidjan, il y a une prise de conscience de l’importance du transport public, pas seulement comme moyen de transport mais comme outil de développement de la ville, comme outil de développement économique, comme outil qui va permettre à la population d’accéder aux emplois, d’accéder aux études, un outil qui va aussi qui va permettre d’améliorer la condition de la femme dans ces villes“.

Il poursuit en matière de financements « Pour améliorer les financements des transports publics, il faut reconnaître qu’il ne s’agit pas d’une activité commerciale, mais d’un service public qui a des impacts environnementaux mais aussi en matière de santé, de sécurité routière, de temps de parcours, d’économie et de tourisme, qui vont au-delà de l’offre de transport qu’il représente ». En raison de la pandémie de la COVID19 qui a impacté fortement les transports publics par une chute de la fréquentation dans un grand nombre de villes et des effets de cette dernière, notamment la généralisation du travail à la maison, les entreprises du secteur devront réfléchir à des outils de financements des transports publics alternatifs qui vont compenser la perte de recette tarifaire engendrée par la crise sanitaire. Une des pistes serait selon lui, de faire payer aux automobilistes les nuisances créées par les embouteillages, la pollution, l’augmentation des accidents, la perte de temps et par la mise en place de péages urbains.

Selon lui, les villes, métropoles ou collectivités locales, de manière générale, ont un rôle très important à jouer en matière de transport public notamment par la mise en place d’une autorité organisatrice de la mobilité. Dans la conception et le développement de la ville il est également important d’assurer une mixité des activités, de ne pas spécialiser des quartiers (affaires, logement, commerces, loisirs…), afin de réduire les fractures territoriales.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
marcel_pagnol
marcel_pagnol
3 mois il y a

Excellent article

This site is registered on Toolset.com as a development site.